Les dysfonctionnements nerveux

Derrière nos activités quotidiennes, un chef d’orchestre mis à rude épreuve

Lire un roman, discuter avec ses amis dans un bar, digérer un bon repas, écouter une conférence, surfer de page en page sur internet…
Toutes ces activités, qui se déroulent naturellement pour la plupart d’entre nous, demandent en réalité à notre cerveau d’orchestrer une multitude de processus extrêmement complexes au niveau émotionnel, intellectuel, organique, hormonal, musculaire et sensoriel.
La bonne exécution de nos fonctions contribue pour beaucoup à rendre nos activités quotidiennes agréables et motivantes. À l’inverse, un désordre nerveux pourra les rendre pénibles, désagréables, voire angoissantes.

Les dysfonctionnements nerveux :

  • ne sont pas une maladie
  • sont réversibles avec un entraînement approprié
  • peuvent être très handicapants
  • sont relativement fréquents
  • s’expriment de manières très diverses

Que se passe-t-il lorsque vous souffrez d’un dysfonctionnement nerveux ?

Le système nerveux peut être comparé à un ordinateur. Vous pouvez rencontrer de temps en temps un bug qui ralentit votre ordinateur, voire qui le rend difficilement utilisable. Pour autant, tous les composants sont en parfait état. En redémarrant ou en réinstallant le programme défaillant, tout revient à la normale.
De même, il arrive que votre système nerveux n’arrive plus à bien orchestrer les différentes fonctions nécessaires à l’exécution de certaines tâches. Et ce, alors qu’il ne souffre d’aucun problème structurel (lésion, malformation, maladie neurodégénérative). Dans ce cas, votre qualité de vie est plus ou moins dégradée, alors que vous pouvez dans le même temps être en « parfaite santé » d’après les examens médicaux usuels.

Des effets souvent diffus et dont l’origine peut être difficile à identifier

Les manifestations liées à un dysfonctionnement nerveux sont souvent diffuses ou changeantes et s’expriment de manières très variées. C’est pourquoi il est fréquent de se sentir incompris face à des professionnels de santé qui peinent à trouver ce qui cause votre état.
Une erreur courante est de vouloir « intellectualiser » la situation, ce qui débouche parfois sur un sentiment de culpabilité. Si le facteur psychologique n’est pas forcément à exclure, le problème a plus un caractère mécanique et la volonté ne suffit pas à changer votre état. La difficulté à faire reconnaître et à comprendre son état est malheureusement une étape récurrente qui s’ajoute aux difficultés des personnes qui souffrent de dysfonctionnements nerveux.

Il y a pourtant des nouvelles encourageantes !

– Vous n’êtes pas un cas isolé !
Des études ont montré qu’environ 30% des consultations en neurologie sont pour des dysfonctionnements nerveux. La proportion de personnes qui composent au quotidien avec des dérèglements nerveux plus légers doit donc être assez considérable.
– Ces dysfonctionnements sont réversibles !
Dans la mesure où le cerveau n’a aucun dommage structurel et que la personne concernée ne souffre d’aucune maladie psychiatrique avérée, ces dérèglements sont purement fonctionnels et peuvent être corrigés grâce à la plasticité cérébrale.

Pour approfondir :

Le site neurosymptoms a été écrit par un neurologue et donne la liste assez exhaustive des symptômes liés à des troubles fonctionnels d’origine nerveuse.
Pour les anglophones, le site de l’association à but non lucratif FND hope donne beaucoup d’informations sur les troubles fonctionnels nerveux.